Le potentiel africain

Avec un taux de croissance annuel dépassant parfois les 5%, la plupart des pays africains ont connu une croissance économique soutenue au cours des 15 dernières années (Parlement européen 2016).

Un terrien sur trois âgé de 15 à 29 ans vivra en Afrique en 2050 (ONU 2017).
La classe moyenne africaine comprend déjà plus de 340 millions de personnes et les dépenses de consommation tripleront d’ici 2040 (Banque Africaine de développement 2016).

L’Afrique abrite 60% des terres arables de la planète et le tiers des réserves minières et énergétiques.

Dans son développement très rapide, l’Afrique embraye immédiatement sur les technologies les plus pointues avec des produits et des services parfois plus sophistiqués que ceux qui sont commercialisés en occident. Par exemple, en matière de paiement bancaire par téléphone portable, l’Afrique est bien plus en avance que notre bonne vieille Europe.

L’Empire du Milieu l’a bien compris puisqu’à l’horizon 2020 on estime que les échanges bilatéraux entre la Chine et l’Afrique se monteront à 400 milliards de dollars !

L’Europe est quant à elle à la traîne alors qu’elle dispose d’un know-how, de R&D et de produits et services souvent bien plus performants que leurs concurrents chinois.

De plus, on parle l’anglais et le français principalement sur le continent africain, ce qui facilite les échanges avec bon nombre de pays européens.